To see the world, things dangerous to come to, to see behind walls, draw closer, to find each other and to feel. That is the purpose of life.

Pages

Metallica, Trough the Never



Hier soir, un ami de la radio, Christophe m'a très gentiment invité à l'avant-première du film "Trough the Never" par sur et avec le groupe Metallica. Tous les métalleux de Lille semblaient s'y être donné rendez-vous et arboraient leurs t-shirt collector à l’effigie du groupe. Je dois dire que je détonnais un peu au milieu de tout ça. L'ambiance était en tout cas au rendez-vous mais pas autant qu'au Grand Rex de Paris d'après les images. En effet une heure avant la projection nous étions en duplex de la capitale comme 80 autres villes en France pour suivre en direct l'avant-première avec l'interview de deux membres du groupe.

Forcément cette séance de cinéma s'est très vite transformée en concert, car le principal sujet du film reste justement un show sur lequel est venue s’intercaler (un peu) de la fiction. En tout cas si vous allez le voir assurez vous d'aimer le métal car pendant 94 minutes les guitares hurlent et les scènes violentes s’enchaînent. 



Autant le dire toute suite, Through the Never se calibre véritablement pour les amateurs du genre, qui ce soir là ne pouvaient s’empêcher de se secouer dans leurs fauteuils. Les décors sont rutilants, la mise en scène du concert assez grandiose. Tous les codes de l’univers métal s’y retrouvent, à travers les hautes flammes, les éclairs et ou la présence d’un chevalier de l’apocalypse. La bande-son – composée exclusivement de grands classiques du groupe-  est véritablement une réussite et se cale parfaitement sur les différents moments de la fiction.

Pourtant, scénaristiquement, il faut bien avouer qu’il n’y a … rien. Et que si l’on n’est pas spécialement un admirateur du groupe ou de ce style musical on fini au bout de la troisième, puis de la quatrième, cinquième chanson à ressentir un vaste ennui. Car les scènes de concert sont tout bonnement interminables. Quant à la fiction, pourtant empreinte de violentes références à la discographie de Metallica, on n’y comprend malheureusement pas grand-chose. Elle prend plus des airs de clip musical, recoupé en plusieurs séquences, inséré dans le seul objectif de faire passer l’ennui entre les chansons en tentant de garder le spectateur en haleine.


En 2004, Some Kind of Monster montrait un groupe au bord de la rupture, Through the Never au contraire redore son blason. Mais, pour en définitive, beaucoup de musique et très peu de cinéma, d’où en partant l’impression de revenir d’un concert. Un film qui va véritablement régaler tout amateur de métal, mais qui ne s’imposera donc pas du côté du grand public.



1 commentaire:

Makeupbylinoa a dit…

Mon groupe préféré après Queen ^^ Cependant je préfère regarder leurs concerts au calme chez moi, en dvd ^^